objet  actions  actualités  adhésion  tanna  contact

Action ::::::::::::::::::

mission décembre 2009
une mission de 2 médecins Nicolas Lormée et Loïc Claquin (urgentiste) s’est rendue sur le terrain pendant une semaine. Ces 2 praticiens ont continué les consultations dans les villages initiées par les précédentes équipes. Une formation de première urgence a été organisée dans différents villages par Loïc Claquin.
Plus de 150 personnes ont reçu des soins pendant cette semaine et la formation de secours de première urgence a été dispensée à 30 personnes.

Voici le compte rendu de la mission par Loïc Claquin


1. Déroulement de la mission

Mardi 01/12
Arrivée à Tanna vers 9 heures, conduit au gîte de Manuapen par Alik.

Mercredi 02/12
Matin : consultations au dispensaire de White Sand.
Midi : consultations au dispensaire de Nafe.
Après-midi : visite des enfants à l’école de Nafe.

Jeudi 03/12
Matin : visite des enfants à l’école de Manuapen.

Vendredi 04/12
Matin : consultations au dispensaire de Lapangtawa.
Après-midi : visite au village de Enalonginia.

Samedi 05/12
Arrivée de Isabelle et Guillaume les kinés.
Matin : consultations au dispensaire de White Sand.
Après-midi : visite au village de Port Résolution.

Dimanche 06/12
Matin : consultations au dispensaire de White Sand.
Après-midi : visites aux villages de Lamakara (village des John Frum) et de Manuapen.

Lundi 07/12
Matin : dernier passage aux dispensaires de White Sand et Lapangtawa .
Midi : départ de Tanna.

2. Aspects positifs
• Accueil et organisation du temps de travail :
L’accueil par la population a été très chaleureux, nous n’avons rencontré aucune agressivité. Les gens sont naturellement souriants et ouverts, si ce n’est la barrière de la langue qui leur impose parfois une fausse timidité.
Alik a organisé à la perfection la vacation, chaque journée ayant pu être utilisée avec profit. Ses nombreuses explications sur les coutumes locales et ses conseils éclairés permettent une intégration rapide de l’équipe.


• Fourniture en médicaments :
Chaque dispensaire possède une dotation en médicaments, généralement de production indienne, délivrée par l’Hôpital de Lenakel. Les principales classes thérapeutiques sont présentes permettant de traiter les principales pathologies. Au dispensaire de White Sand, la fourniture en médicament mis à disposition par l’Association est remarquable. Seulement pouvons-nous reprocher le mode de conditionnement des médicaments français (emballages volumineux conduisant plutôt au gaspillage) qui n’est pas forcément adapté à ce mode de délivrance par rapport à celui des médicaments indiens (Grandes boîtes et délivrance dans des petits sachets).
Le Gouvernement du Vanuatu et des Organisations internationales ont mis en place des programmes à grande échelle de vaccination, de traitement de la lèpre, tuberculose, malaria et des maladies sexuellement transmissibles.

• Compétence des infirmiers locaux
A White Sand et Nafe, les infirmiers nous ont paru avoir les compétences pour gérer les petites pathologies au quotidien. Ils maitrisent assez bien les médicaments mis à leur disposition.

• Etat de santé général de la population ; autonomie de la population
Encore épargnés par le mode de vie moderne, les habitants ne présentent pas les pathologies chroniques et invalidantes qui font aujourd’hui l’essentiel de l’activité des médecins occidentaux : HTA, diabète, obésité et les maladies cardio-vasculaires qui en découlent, caries dentaires. Les pathologies respiratoires chroniques telles que l’asthme et les BPCO ne nous ont pas apparu avoir l’incidence qu’elles ont en pays mélanésien de Nouvelle-Calédonie. Par ailleurs, nous n’avons pas constaté de dénutrition chez les enfants.
La population vivant généralement assez loin des structures de santé et ne possédant pas de véhicule, utilise largement la médecine traditionnelle qui répond sans doute en partie aux besoins en matière de santé.

3. Problèmes rencontrés

• Rivalité francophone-anglophone
La rivalité entre francophones-catholiques et anglophones-protestants est largement palpable. Alik, avec toutes ses qualités, n’échappe à la règle, et il nous a semblé qu’un de ses objectifs est de mettre en place une structure sanitaire francophone capable de rivaliser avec les moyens mis à disposition par les anglophones et notamment l’hôpital de Lenakel. Pour exemple : les visites des écoles sont centrées sur les établissements francophones, notre passage à l’école de Nafe, protestante était une première ; Alik ne nous a pas caché qu’il cherchait à faire remplacer Joséphine (anglophone) par Alik (infirmier francophone de Nafe) au dispensaire de White Sand. Pourtant à notre première impression Joséphine semble avoir toutes les compétences requises pour occuper ce poste.


• Manque matériels de petite chirurgie, pansements
Le matériel pour les pansements fait défaut un peu partout. Il n’y a peu ou pas de matériel pour les petites chirurgies, qui pourtant, même si elles ne ressortent pas d’un besoin vital, répondent à l’attente de la population.

• Organisation et maintenance des dispensaires
White Sand, grâce aux travaux effectués récemment respire le neuf. Par contre les petits dispensaires périphériques ne sont pas seulement délabrés mais aussi sals et assez mal organisés par le personnel soignant : médicaments périmés de longues dates et mal rangés, aiguilles qui trainent, etc…

4. Suggestions pour les futures vacations

• Favoriser les visites des villages et des écoles / consultations au dispensaire
Sur une courte vacation, les consultations médicales au dispensaire de White Sand n’apportent pas un impact sanitaire significatif. Joséphine peut facilement remplir ce rôle, Gibson peut être un peu moins. Par contre les visites des villages ont été très rentables car elles permettent de voir des malades incapables de se déplacer, qui bien souvent représentent les cas les plus graves et les plus difficiles à gérer par les infirmiers locaux.
De même les visites des écoles sont très rentables pour dépister des pathologies chez les enfants. Evidemment, il faut que la vacation des médecins soit suffisamment longue pour permettre un retour : soit en revoyant les enfants au dispensaire, soit en transmettant des médicaments ultérieurement à l’établissement scolaire.

• Faire payer au tarif local les consultations
Il nous semble que les consultations effectuées par un médecin de l’Association devraient payées au tarif habituel : 100 vatu pour les adultes et 20 vatu pour les enfants. Tout acte médical, même si il est effectué dans un contexte humanitaire, doit donner lieu à un échange. La somme demandée est accessible par le plus grand nombre, elle limite d’éventuels abus sans empêcher l’accès aux soins. La somme récoltée peut être directement utilisée pour le fonctionnement du dispensaire, comme c’est le cas habituellement.

• Une vacation d’une personne rétribuée sur une plus longue période plutôt que de nombreuses vacations très courtes
Comme nous l’avons précisé plus haut, il nous a paru que des vacations de courtes durées pour des Médecins généralistes n’avaient qu’un impact sanitaire limité. Il serait peut être plus rentable de réduire le nombre de vacations et le nombre de personnes se rendant sur Tanna, et de proposer des séjours plus longs (un ou deux mois). L’argent gagné sur les billets d’avion pourrait servir à rétribuer un peu le professionnel de santé (ex 150 ou 200000 vt le mois) et d’offrir la gratuité complète de l’hébergement.



• Eviter la mise en dépendance de la population vis-à-vis de la médecine européenne
La population possède probablement suffisamment de connaissances en médecine traditionnelle pour subvenir elle-même à la plupart de ses besoins en matière de santé (dans la mesure où elle restera un peu à l’écart du mode de vie occidental, notamment en ce qui concerne l’alimentation). Il faut rester très prudent lorsque l’on prétend offrir quelque chose qu’on pense que les gens n’ont pas alors que ce n’est pas forcément le cas. Cela peut conduire progressivement à une mise en dépendance à des produits pharmaceutiques que la population ne pourra plus forcément se payer si l’Association venait à quitter l’île.

• Créer un petit lexique français – langues de White Sand et de Nafe
Les langues de Tanna sont probablement plus accessibles qu’il n’y parait. Il serait intéressant de produire un petit lexique avec les langues de White Sand et de Nafe présentant les formules de politesses habituelles et les principales questions-réponses nécessaires à un interrogatoire médical. Un dictionnaire anglais-Kawara (langue de Nafe) a été éditée par l’Université d’Australie.

• Trousse de première urgence pour les écoles ? (Alik)
L’idée est bonne mais peut-être difficile d’application. Alik voudrait équiper les écoles de trousses pour les premiers soins et former le personnel des établissements à leur utilisation.



TOUTE L'ACTUALITE ::::::::::::::::::
2012 Première vacation sur Ambrym  Cette année, l'association Solidarité Tanna a élargit ses horizons en envoyant une vacation sur l'îl... en savoir
Un film sur l'association   En juillet 2009, une équipe de télévision a accompagné notre vacation et a réalisé un film que v... en savoir

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: ACTIONS le mot du président
Les vacations médicales pour l’année 2011 ont déjà commencé avec de très bonnes retombées ...  en savoir


::::::: www.solidaritetanna.nc
ASSOCIATION SOLIDARITÉ TANNA - (association loi de 1901 – Ridet N°826313.001) - 101 Route de l’Anse Vata - BP 4931 98848 NOUMEA CEDEX - Nouvelle Calédonie - contact@solidaritetanna.nc






TOUTES LES ACTIONS ::::::::::::::
  Ile de Pentecôte Avril 2013

  mission Ambrym juin 2012

  mission Avril 2012

  mission février 2012

  misson Avril 2011

  mission février 2011

  mission octobre 2010

  mission juillet 2010

  mission avril 2010

  missions février 2010

  mission janvier 2010

  mission décembre 2009

  mission novembre 2009

  mission août 2009

  mission Juillet 2009

  mission décembre 2008

  mission janvier 2009

  Mission d'Août 2008

  mission Juin 2008

  Mission d'Avril 2008

  le mot du président

 :::::::::::::::::::::::::::: ACCUEIL